L'Oeil d'Egal Sport

30/06/2024

 

 

Les femmes explosent les quotas du « Chtri S 2024 »!

 

 

Samedi 29 juin 2024, les différentes épreuves de la première journée du « Chtriman » se sont déroulées à Gravelines.
Pour la plus grande satisfaction des membres de l’organisation, les femmes ont répondu plus que présentes avec une inscription quasiment à parité avec les hommes sur le « Chtri S » ! 


A sa création en 2009, par le club de Cambrais, seules deux épreuves figuraient au programme, un Ironman et un Duathlon Long, deux courses réservées à un public d’initié.es particulièrement bien préparé.e.s. 
Le site de Cambrai ne pouvant pas permettre à l’épreuve de prendre l’ampleur souhaitée, le Chtriman est relocalisé au Parc des Rives d l’Aa à Gravelines en 2012.


D’année en année, le programme s’étoffe et se diversifie avec de nouveaux formats de distances pouvant accueillir différentes catégories d’âges. Du mini Poussin à l’expérimenté Master, de l’épreuve Jeune au fameux Chtriman 226, chaque triathlète trouve aujourd’hui à assouvir sa passion, à son juste niveau. 
Une épreuve va connaitre un succès grandissant, le triathlon format « S » comme sprint. Avec 750 mètres de natation, 10 km à vélo et 5km de course à pied, ce petit frère du triathlon olympique (aux distances deux fois supérieures) enregistre 563 concurrent.e.s. en 2018.


Faisant le constat qu’il devient très difficile de gérer plus de 500 concurrents sur une seule vague, notamment sur une seule boucle de 10km sans dénivelé pour la partie vélo, les organisateurs décident de créer 2 vagues. Pour encourager le développement de la pratique féminine – à ce sujet retrouvez l’excellent livret de la FFTri sur la mixité : https://www.egalsport.com/l-%C5%93il-d-egal-sport/les-p%C3%A9pites/plan-de-f%C3%A9minisation-fftri/ ) - deux vagues sont programmées, une pour chaque sexe, avec une capacité maximale de 400 athlètes chacune.


Si en 2020, l’épreuve est annulée en raison du Covid, l’année suivante la dynamique se relance lentement avec 535 inscrit.e.s dont 242 femmes. Mais depuis 2022, les demandes chez les féminines ne cessent d’augmenter : 342 femmes puis 391 en 2023. Enfin, le quota explose en 2024 avec 448 inscrites (492 chez les hommes), incitant les organisateurs à faire passer la jauge de chaque vague à 500 places. 


Jean-Michel Buniet, Président de Hauts de France Triathlon Organisation et de l’Entente Sportive Gravelinoise fait le constat « qu’il faut laisser aux femmes la possibilité de s’accomplir dans un contexte favorable afin qu’elles prennent conscience qu’elles peuvent aussi le faire.  Car une femme ne s’engage que si elle sait ce qu’elle aura à accomplir et si elle s’en sent capable ». Il ajoute « C’est une force et une faiblesse. Une force car on sait que si une femme s’engage elle ira en général au terme de cet engagement. Une faiblesse car dans notre monde associatif on est rarement capable de définir la mission que l’on demandera à un bénévole ce qui se traduit par le refus de s’engager et donc une sous-représentation féminine dans les instances de gouvernance. »